Un miracle économique Tunisien, enfin de l’huile subventionnée pour tous

0
70




C’est un très bon début de semaine pour des millions de familles pauvres et aisées, les gargotiers, les spéculateurs et les contrebandiers avec l’annonce du retour en grande pompe de la distribution à partir de lundi dernier de l’huile subventionnée qui est l’huile de palme de très mauvaise qualité mais tout de même consommable.

Ceci se passe évidemment en Tunisie où l’on consomme les 3100 millions de dinars de subventions de l’Etat.

C’est à ce titre que le Directeur Général de la concurrence et de la recherche économique, Houssem Eddine Touiti vient d’annoncer que 9 mille tonnes d’huile végétale subventionnée alimentent actuellement les circuits de distribution, outre 15 mille tonnes supplémentaires qui approvisionneront le marché, au cours du mois de décembre 2021.

Il s’agit, à vrai dire, d’une consommation exagérée dans un pays classé parmi quand même parmi les premiers producteurs de l’huile d’olive de très bonne qualité au monde avec 240 mille tonnes attendues cette année mais dont la grande partie sera exportée au grand bonheur de quelques homme d’affaires tunisiens et étrangers.

Intervenant, lors d’une conférence de presse, tenue à Tunis, samedi dernier le responsable du ministère du commerce était rassurant en déclarant que les services du ministère assurent le suivi du circuit de l’huile végétale subventionnée depuis sa sortie de l’Office national de l’huile jusqu’à l’arrivée aux unités de conditionnement et aux grossistes et détaillants, puis au consommateur tout en adoptant le système numérique de contrôle, lequel est devenu opérationnel depuis juin 2021. Une vraie révolution typiquement tunisienne.

L’utilisation de ce système s’inscrit dans le cadre de l’instauration de la transparence et de l’équité des transactions et de la livraison de l’huile végétale subventionnée aux personnes qui en ont besoin, précise le Directeur Général. Il a en outre affirmé que des pénalités seront appliquées à toute personne utilisant illégalement l’huile végétale subventionnée qui alimentera le marché au cours cette période de l’année afin de couvrir les besoins du citoyen tunisien en ce produit.

Cet état de fait est surréaliste : tout un ministère avec des milliers de fonctionnaires se mobilise pour gérer un produit importé dans un pays souffrant de plus en plus du déficit alimentaire qui a d’ailleurs triplé par rapport à l’année dernière à 1,6 milliard de dinars.

La Tunisie importe en moyenne mensuelle 14500 tonnes de l’huile végétale ou de l’huile de soja en moyenne qui sont conditionnées par 43 unités privées puis injecté dans les marchés et vendu aux consommateurs, toutes catégories confondues, à des prix subventionnés par l’Etat.

L’huile végétale compte parmi les matières subventionnées par l’Etat à travers la caisse nationale de la subvention et ce à hauteur de 1,500 dinar par litre et est vendue au consommateur tunisien à 0,900 dinar/ litre.

Sur les étals de marché, une grande liste d’huiles végétales (non-subventionnées), est proposée à un prix de plus de 5 dinars le litre, sous des marques commerciales différentes alors que l’huile végétale subventionnée est conditionnée dans des bouteilles en verre et initialement destinée aux couches sociales à faible revenu. Ces huiles sont tous des produits de monopole et de spéculation, à outrance.

L’Organisation tunisienne de l’information du consommateur affirme, que les industriels traitent près de 165 mille tonnes de l’huile subventionnée importée avec un excédent allant jusqu’à 15 mille tonnes et que l’huile subventionnée est destinée aux usines alors que le consommateur est privé de cette denrée alimentaire essentiel.




Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!





Source: tunisienumerique